Dimanche 26 octobre 2014 7 26 /10 /Oct /2014 20:00
- Par Fix - Communauté : Droit Dans Le mur

Le patron du plus grand groupe pétrolier européen est tué lors du décollage de son jet privé sur un aéroport moscovite après une rencontre discrète avec le président de toutes les Russies.

 

 

Laquelle de ses affirmations vous semble la plus probable ?

 

 

-1- Un conducteur de chasse-neige bourré s’est retrouvé au milieu de la piste de décollage et a percuté l’avion.

 

 

-2- Les pétroliers américains n’ont pas apprécié cette rencontre avec un pays sous embargo et ont demandé aux barbouzes US de donner un signe fort aux européens et accessoirement aux russes.

 

 

-3- Le responsable de la tour de contrôle était un stagiaire bourré qui pensait que le chasse-neige avait priorité.

 

 

-4- Le gouvernement chinois ne veut pas partager le nouveau gâteau russe du pétrole et du gaz et compte bien le faire savoir aux européens.

 

 

-5- En fait, il n’y avait pas d’aéroport, il venait juste d’être délocalisé en Chine. (Les russes aussi se sont convertis à l’économie de marché !)

 

 

-6- Les russes se sont sentis humilié par les nouvelles propositions tarifaires du groupe pétrolier et le président russe a décidé de revenir aux bonnes vieilles méthodes de la guerre froide.

 

 

 

Réponse :

 

 

Les bonnes réponses sont naturellement 1-3-5, séparément ou ensemble selon l’humeur des journalistes.

 

Et arrêtez d’être parano, un peu. Merde, quoi à la fin !!


Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire

Dimanche 19 octobre 2014 7 19 /10 /Oct /2014 20:00
- Par Fix - Communauté : Droit Dans Le mur

Ami(e)s de la sodomie quotidienne mais qui fait mal au cul quand même, bonsoir !

 

Décidément, plus con qu’un élu écologiste, je ne vois pas.

 

Vous allez me dire, pourquoi m’acharne-je autant sur ces pauvres petits hommes verts qui n’ont qu’un seul but sauver le gros nounours blanc de la banquise qui fond plus vite qu’un glaçon dans un verre de pastis ? Ne serais-je qu’un sale égoïste inconscient qui ne pense pas aux générations futures qui me remercient d’avance de la poubelle puante que je vais leur laisser ! En plus de la dette !!

 

Je vous répondrai qu’ils arrêtent juste de m’emmerder avec ma bagnole qui pollue moins qu’avant, qu’ils cessent de culpabiliser les citoyens et qu’ils dénoncent les pratiques de l’Etat et des grands groupes privés.

En résumé, qu’ils arrêtent d’être des gros cons.

 

Voyez Bécassine. Elle se fait tacler à cause de la taxe carbone qui a failli mettre les routiers dans la rue et bloquer le pays, elle contre-attaque dans une sortie démagogique digne des grands jours de la campagne de 2007. Les sociétés autoroutières font 20% de bénéfice, ok, on leur tape 10% pour la taxe carbone avortée et 10 autre % pour remplir les caisses. A pis tiens en plus, ils ont qu’à rendre les péages gratuits le week-end ! Ça, c’est de la force de proposition !


Réponse des entreprises susdites via leur porte-parole, j’ai nommé le premier ministre : « T’es gentille cocotte, mais à ton avis si on a augmenté le prix du péage le dimanche entre 16 heures et 20 heures, c’est pour se gaver, c’est pas pour rendre gratuit le meilleur moment de la semaine ! Alors maintenant, tu vas faire joujou avec tes autocollants sous les interrupteurs et tu nous lâches.»

 

Quant à la taxe carbone, je ne vous fais pas un dessin qui serait forcément indécent, voir obscène, puisque l’ultime solution va être d’augmenter le prix du gasoil. Si on avait commencé par là, on aurait gagné deux ans et des dépenses inutiles.

 

Mais le plus drôle après cette saillie, fut le tollé unanime des écolo-chons qui au nom de l’écolo-chie (Merci Cockpit), arguèrent que cela augmenterait la pollution car les français prendraient tous l’autoroute le week-end pour bénéficier de cet effet d’aubaine. Bah, oui, je suis con ! Je vais prendre ma voiture et faire 400 bornes pour le plaisir, rien que pour profiter du péage gratuit !

« Faudrait déjà que je puisse mettre assez d’essence dedans, eh ! Couillon ! »

 

Mais ce n’est encore rien. Car si l’écolo de mes deux a peur de retrouver les pue-la-sueur le dimanche soir quand il rentre de sa maison de campagne, il n’a en revanche aucune crainte du car.

 Chatbus.jpg

Crédit : Mon voisin Totoro - Hayao Miyazaki

 

Je m’explique. Notre nouveau ministre de l’économie, le petit Macaron, est un pur produit de l’ENA, propre sur lui et ultra libéral à souhait. Lui aussi veut mettre un terme aux profiteurs des professions réglementées. Comme ça a pêché du côté des notaires, huissiers et pharmaciens, il tente le transport au travers des cars.

 

La réglementation est en effet un tantinet bizarre :

 

« En France, les liaisons interrégionales ne sont autorisées que dans le cadre d’un trajet international. Le car peut faire des arrêts pour prendre des passagers, mais à certaines conditions : les clients en cabotage ne doivent pas représenter plus de la moitié des voyageurs et pas plus de la moitié du chiffre d’affaire de la ligne internationale. Les principaux acteurs sur ce marché sont Megabus, filiale du britannique Stagecoach, Eurolines (groupe Transdev) et la SNCF (via le service iDBUS) » Courrier international — 1248 du 2 au 8 octobre 2014

 

En clair, si vous voulez faire un Paris – Bordeaux en car, ce n’est possible que si la ligne fait, par exemple, Bruxelles-Paris-Bordeaux-Barcelone !

 

Or donc, pour Libérez le pouvoir d’achat, libérons les autocars sur les routes de France ! Cela va créer des emplois et du pouvoir d’achat. D’ailleurs les allemands l’ont déjà fait et si les allemands l’ont fait c’est forcément bien !

 

Effectivement les allemands l’ont fait. En 2013.

Et voilà le résultat au bout d’un an et demi …..

 

« […] Selon les estimations des experts, le transport par autocar pourrait générer bientôt 600 millions d’euros de chiffre d’affaires par an – en partie au détriment du chemin de fer. Ces nouveaux concurrents ont déjà fait perdre 50 millions d’euros à la Deutsche Bahn [l’équivalent de la SNCF] rien qu’au premier semestre 2014. La grève des conducteurs de train début septembre leur a donné un nouveau coup de pouce : il a fallu affréter des cars supplémentaires en raison de l’afflux de voyageurs. Les chauffeurs de car, qui ne peuvent que rêver des conditions de travail pour lesquelles se battent les cheminots, sont en nombre insuffisant. Car le marché ne cesse de s’accroître.

Guerre des prix.Toutefois, les autocaristes ne gagnent pas encore d’argent. Leurs coûts de fonctionnement sont relativement fixes : carburant, salaires, réparations, amortissement des véhicules et surtout marketing. Ce sont en effet les publicités en ligne – souvent très chères – qui permettent d’appâter le client. Pour faire des bénéfices  il faudrait d’abord que les prix augmentent.

[…] Retards, annulations, Internet défectueux sont souvent dénoncés sur Facebook et sur les forums. Untel, qui a payé son billet 10 euros, veut être conduit à destination en taxi parce que son car a été annulé. “Il y a des limites”, s’offusque Engert – et certains les franchissent allégrement. Mais vu la concurrence actuelle, tout est possible ou presque. »

Martin U. Müller Publié le 8 septembre dans Der Spiegel cité par Courrier international — 1248 du 2 au 8 octobre 2014

 

Vive le vrai libéralisme avec de vrais morceaux de concurrence et de chômeurs dedans.

 

On dira encore qu’il faut privatiser la SNCF, vu qu’elle perd de plus en plus d’argent !

 

Et puis le car il ne pollue pas ! N’est-ce pas ? Pas de risque d’accident non plus, avec des chauffeurs mal payés, stressés et fatigués par les nécessités de rentabilité ?

 

Avez-vous entendu un seul de ces écolos bon teint s’insurger contre cette mesure ?

 

AU-CUN !

 

Je connaissais l’écolo rouge-brun, voici venu l’écolo libéral-démagogue qui préfère chier sur la planète pour garder son mandat électoral plutôt que faire de la peine aux grandes entreprises et aux cerbères ultra libéraux.

 

Futur(e)s ami(e)s tétraplégiques et asthmatiques, bonsoir !


Voir les 3 commentaires - Ecrire un commentaire

Dimanche 12 octobre 2014 7 12 /10 /Oct /2014 20:00
- Par Fix - Communauté : Droit Dans Le mur

C’est de pire en pire ou de mieux en mieux, selon les points de vue. On atteint des sommets comme disait Sir Edmund Hillary.

 

Devrai-je me réjouir du retour annoncé du Messie, sauveur de la vieille (Bettencourt) et de l’or fin et qui n’en finit pas de nous crucifier sur l’autel de sa victimitude ?

 

Oserai-je gloser sur les errances et les tergiversations de Flanby, le dessert normal qui, à force de creuser dans les sondages ne va pas nous trouver du pétrole, comme l’idiot en colère en son temps, mais carrément du gaz de schiste ?

A croire qu’ils naviguent de conserve pour permettre à la Marine nationale et toujours plus socialiste de récupérer un pouvoir dont ils ne veulent plus.

 

Devrai-je m’étendre sur la fièvre qui agitent les médias au sujet d’Ebola et qui tend à paniquer le péquin qui craint soudain qu’une pandémie ravageuse ne l’empêche de voter pour le 1er Reich français en 2017 ?

 

Oserai-je rire de la chute de plus de 5% de la bourse de Paris car le sacro saint empire Germanique entrerai en récession malgré son formidable modèle économique que le monde entier en France lui envie ?

 

Non, je ne vous ferai pas l’affront de vous faire perdre votre temps avec de choses aussi triviales. Je préfère vous faire partager la joie que me procurent les animateurs de la télé qui développent une novlangue qu’Orwell lui-même n’aurait pu renier.

 

Après les kilos euros des financiers qui devraient d’ailleurs s’appeler des tonnes euros, vu qu’il y en a mille, après les premiers hectomètres que les cyclistes parcourent au départ d’une étape alors même qu’ils roulent à plus de 60 km/h de moyenne, très appréciés des animateurs sportifs, après la « température ressentie » des présentateurs météo qui renvoie le degré centigrade à une précision de 5 à 10 degrés, nous eussions pu avoir droit de ces mêmes présentateurs météo qu’ils continuent de nous parler en millimètres pour évoquer les quantités de pluie qui s’abattent sur le sud de la France ces derniers jours.

 

Que nenni. C’eût été trop facile !

 

pluie.jpg.crop_display.jpgPourtant, question pluie, il n’y a pas plus simple :

1 litre, c'est un décimètre cube, réparti sur 1m² cela donne une hauteur d’1 millimètre. On ajoute une mesure de temps, par heure, pour avoir une référence de ce que peuvent être des précipitations normales. Donc, pour résumer si on vous parle de 200 millimètres de précipitation tombé en une heure, cela veut dire qu’il est tombé l’équivalent de 200 litres d’eau sur un mètre carré. Simple ! Humide, mais simple !

 

Simple, peut-être, mais pas assez « parlant », pensent-ils, pour le téléspectateur ou l’auditeur qui écoute d’une oreille trop distraite l’oracle météorologique qui se dit sciences, alors qu’il est incapable de nous dire si samedi prochain ce sera barbecue ou choucroute garnie.

 

Du coup, les présentateurs du temps qu’il devrait faire mais qu’il ne fera pas, ont cogité à s’en faire griller leurs deux neurones pour trouver la phrase choc qui attire l’attention (la mienne, en l’occurrence) et fasse comprendre qu’ils sont très con-cernés par ce qu’ils font.

 

Et ils ont trouvé. Inventer une nouvelle unité de mesure, susceptible d’être comprise par tous.

 

Cette nouvelle unité de mesure s’appelle: La « Baignoire ».

 

D’où la phrase choc : « Il est tombé l’équivalent de quatre baignoires au mètre carré  dans le Gard, aujourd’hui. » Tout de suite on se rend compte que cela fait beaucoup d’eau d’un seul coup. On compatie pour les gardennais. Si vous dites : « Il est tombé 400 mm d’eau dans le Gard, aujourd’hui. » Vous vous dites : Avec ça, je ne me fais même pas un pastis ! » Vous voyez la différence ?!

 

Alors, oui. Vous allez me dire pourquoi ont-ils gardé le mètre carré ? Et je vous répondrai : pour faire encore un peu scientifique ! Imaginez qu’ils aient inventé une seconde unité de mesure. Cela aurait fait trop d’un seul coup. Et puis la conversion aurait pu leur être fatal au niveau psychologique.

 

« Combien de Louboutin peut-on mettre dans un mètre carré ? Et sachant que le cuir est poreux, combien peut-on mettre de baignoire dedans ?

Non, non. Les histoires de trains qui se croisent pour arriver à l’heure, c’étaient bon pour les grands parents des années 50 !

 

Ah la, la ! Que n’avons-nous pensé plus tôt à simplifier ce langage quotidien, source d’incompréhension et parfois de conflit !

 

Or donc, si vous voulez vous la péter, ne dites plus «  Il pleut des cordes », mais dites « Il pleut des baignoires » !

 

Amis de la poésie et de la novlangue du XXIe siècle, bonsoir !

 

baignoires-en-batterie.jpg

Crédit photo : Michel Heuze - Baignoires en batterie - 10 mars 2008

En attente de son aimable autorisation


Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire

Dimanche 5 octobre 2014 7 05 /10 /Oct /2014 20:00
- Par Fix - Communauté : Droit Dans Le mur

Grâce aux américains et avec la destabilisation du Moyen Orient,

aujourd'hui, les irakiens et les syriens

sont dans une sacrée Daèche !!


Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire

Dimanche 14 septembre 2014 7 14 /09 /Sep /2014 20:00
- Par Fix - Communauté : Droit Dans Le mur

Phobie administrative :

 

Exression.Maladie qui permet à un élu de la République de ne pas payer ses impôts ou son loyer. Cette maladie jusque là inconnue car rapidement soignée (Cf redressement fiscal) semble avoir pris de l'ampleur au début du XXIe siècle.

 

Sondage :

 

Nom. Evaluation pseudo scientifique qui détermine la popularité d'une personne. Avec le temps, cette pratique a remplacé le suffrage universel.

Nicoas S. : «D'après les sondages, j'aurai du être réélu !»

 

Cocu :


Nom ou adj. Situation d'une personne qui estime avoir été trompée. Le cocu se considère toujours comme une victime, ce qui lui permet de raconter n'importe quoi pour se venger de celui ou celle qui l'a trompé.

Nathalie T. : «C'est forcément la vérité, c'est moi la cocue !»

 

Edition :

 

Nom. Ancien mode de transmission récitatif en format papier. L'édition au XXIe siècle vivait une crise financière, sauf quand elle éditait les récits des cocus. (voir le mot)

 

Pacte de responsabilité :

 

Expression vide sens. Pseudo accord visant à faire baisser le nombre de sans emploi en échange de la suppression du code du travail.

Pierre G. : «Pourquoi j'embaucherai avec des salariés qui bossent 60 h payer 30 ?»

 

Ve République :

 

Régime qui a pris fin au début du XXIe siècle, sensé représenter le peuple souverain. Devant l'incompréhension dudit peuple et son mécontentement permanent quelle que soit la politique de ses représentants, on décida de supprimer ce système.

Marine L P. : «Maintenant, vous allez en chier !»


Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire

Présentation

Derniers Commentaires

POUR M'ENVOYER DES FIONS

C'est  Par Là

SEBADOH

Un peu de musique

soundboard.com

Visiteurs inconscients

 

Vous êtes actuellement 3   gentil(s) lecteur(trice)(s) sur ce blog

Recommander

Recherche

Droit dans le mur

Licence Creative Commons
Tous les textes de Droit dans le mur sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés